Logements sociaux: Les défis restent entiers

L’urbanisation au pays des Hommes intègres souffre d’une insuffisance d’infrastructures et de services sociaux de base : logements, eau, électricité, hôpitaux, établissements scolaires. Ainsi, parmi les grands défis de l’urbanisation‚ figure la production de logements décents et accessibles aux différentes couches de la population urbaine notamment celles à faibles revenus. Un pari loin dêtre gagné.

Historiquement, l’habitat social tire son origine des premiers programmes de logements collectifs mis en place à partir de 1960. Ces logements‚ dont l’attribution se faisait sur la base d’une location-vente, étaient destinés aux fonctionnaires de la nouvelle administration afin de pouvoir les loger décemment et à un coût abordable.  Cette approche exclut, dans la pratique au Burkina Faso, une partie de la population à revenus modestes voire pauvre qui‚ pour se loger‚ se tourne vers d’autres types d’habitations : les cours communes, les maisons de location, les zones non-loties et autres quartiers précaires ou bidonvilles.

Aujourd’hui, la donne a changé. La spéculation foncière, l’inaccessibilité des coûts de construction des logements, les conditions difficiles de l’accès au financement des logements sont entres autres‚ les difficultés rencontrées. A cela‚ il faut ajouter la cherté des parcelles, la demande forte en matière de logement dans un pays où chacun aspire à avoir sa propre maison, l’expansion des villes, etc. Pour bon nombre de Burkinabè, s’offrir un logement est un vrai parcours du combattant. En 2007, le gouvernement‚ à travers le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme a lancé l’opération 10 000 logements sociaux et économiques à Ouagadougou. Ces logements étaient destinés aux Burkinabè à faibles revenus inférieur ou égal à 100 000 F CFA en vue de leur permettre d’exercer un droit fondamental. De même, en 2017, il a été lancé une souscription pour la réalisation de 40 000 logements sociaux et économiques. A ces initiatives publiques, il faut ajouter la réalisation de logements sociaux à l’occasion de la célébration tournante de la fête du 11 décembre dans les régions. Au niveau du secteur privé, des sociétés de promotion immobilière mettent au service de la population, des logements sociaux.

Ces initiatives répondent-elles aux attentes des populations en matière de logement ? « Ce système a permis à beaucoup de personnes d’avoir accès à des logements à des coûts relativement bas », répond Wandaogo Issa, habitant d’une cité à Saaba. Seulement d’après lui, la demande est toujours croissante avec une offre qui ne suit pas le mouvement. D’autres interlocuteurs dénoncent toujours une non-accessibilité des logements pour beaucoup de Burkinabè du fait de la diminution du pouvoir d’achat, de la cherté de la vie, et des conditions d’accès toujours difficiles aux logements dits sociaux.

L’un dans l’autre, « l’Etat et ses partenaires du privé doivent à un moment donné faire le point de la situation de réalisation des logements sociaux », explique un ancien secrétaire général du ministère de l’Habitat. « Il y a beaucoup de disfonctionnements qui, ajoutés aux problèmes fonciers, peuvent contribuer à empêcher les Burkinabè, d’avoir accès à des logements », conclut-il.

Joel Zoundi

Télécharger gratuitement le magazine pour lire l’intégralité de l’article

Télécharger “Home Magazine 2 – Spécial Burkina Faso”

HOME_MAGAZINE_SPECIALE_BURKINA_FASO_FINAL_.pdf – Téléchargé 1942 fois – 23,31 Mo

À lire

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos prochaines sorties