CAN Côte d’Ivoire 2023, Zoom sur les stades de la compétition

La 34e édition de la CAN, Côte d’Ivoire 2023, se déroulera dans cinq villes du pays où six stades ont été construits ou rénovés pour abriter la biennale du football africain. Le moins que l’on puisse dire est qu’à sept mois de l’évènement, le pays hôte ivoirien est  presque fin prêt, côté infrastructures sportives, avec six stades aux normes FIFA dans les villes d’Abidjan, Bouaké, Yamoussoukro, Korhogo et San Pedro. Deux stades (Ebimpé et Félix Houphouet Boigny) ont été prévus à Abidjan, la capitale économique.

Ebimpé, le nouveau grand stade Olympique

Cette infrastructure de 60.000 places plastronne depuis près de trois années dans la zone d’Anyama, à la périphérie Nord de la ville d’Abidjan. C’est désormais le plus grand stade de la Côte d’Ivoire, le premier stade Olympique du pays et doit abriter le match d’ouverture et la grande finale de la CAN 2023. L’ouvrage, baptisé Stade Olympique Alassane Ouattara lors de son inauguration en octobre 2020, a été bâti en quatre ans (2016-2020) sur un espace de 50 hectares et a une surface au sol de 61 250 m2 pour une hauteur de 51,4 m. Les spectateurs sont répartis sur 3 niveaux :

le niveau 1 avec 24 181 sièges dont 120 sièges pour personnes à mobilité réduite ;

le niveau 2 contient 14 793 sièges dont 13 378 sièges standards, 536 sièges VIP, 560 sièges pour la presse, 155 sièges athlètes et 164 sièges de loge ;

 le niveau 3 comprend 20 918 sièges standards.

Quant à la pelouse, elle est d’une dimension de 105 m de long et 68 m de large. La piste d’athlétisme contient 8 couloirs courbes et 10 couloirs en lignes droites. A cela, il faut ajouter deux écrans géants d’affichage LED, un système de sonorisation et des équipements sportifs, un système d’arrosage de 24 arroseurs automatiques, etc. Le coût total de ce nouveau joyau architectural ivoirien est de plus de 163 milliards de francs CFA. C’est désormais le stade officiel de l’équipe nationale, au détriment de l’emblématique  stade Félix Houphouët Boigny d’Abidjan, nommé le Félicia,  qui a été rénové pour la CAN 2023.

Cure de jouvence le mythique Félicia

La rénovation du plus ancien stade du pays (inauguré en 1964), débuté en novembre 2020, a consisté, entre autres, à la réhabilitation complète de l’aire de jeu en gazon naturel (y compris le réseau de drainage des eaux et du système d’arrosage) et de la piste d’athlétisme avec 8 couloirs, la salle d’échauffement et du tunnel d’accès des athlètes, les locaux annexes sous les gradins, les vestiaires, la pose de siège sur les gradins, les réseaux d’assainissement et la pose de deux nouveaux tableaux d’affichage. Le point d’orgue de la modernisation du stade Félix  Houphouët Boigny reste sans conteste la pose d’un toit complet en métallo-textile pour l’ensemble des gradins. La réhabilitation du Félicia a coûté à l’Etat ivoirien plus de 65 milliards de francs CFA avec une capacité du stade qui passe de 35.000 à 40.000 places. Autre infrastructure rénovée et qui a vu sa capacité augmenter, est le stade de la Paix de Bouaké, dans la deuxième ville du pays.

Bouaké, l’infrastructure à l’anglaise

Construit à l’occasion de la première CAN qu’a organisée la Côte d’Ivoire en 1984, la capacité d’accueil du  stade de la paix de Bouaké, a été portée de 25.000 à 40.000 places assises. L’édifice est d’une dimension de 119 × 73 mètres sous la forme d’une couronne ovale avec un profil en travers de 24 gradins. La réhabilitation de ce deuxième plus grand stade de la Côte d’Ivoire, avec le Félicia, lui a permis de se doter d’une pelouse ultramoderne, d’une infirmerie, d’un vestiaire, d’une salle d’échauffement, d’une salle presse, etc. Les travaux ont débuté en 2019, la réception de l’ouvrage a eu lieu en mars 2023. Le stade de Bouaké a coûté plus de  23 milliards de francs CFA. Ce joyau architectural est une infrastructure de type anglais doté d’une charpente au-dessus des tribunes. La capitale politique de la Côte d’Ivoire, Yamoussoukro, la cité balnéaire du Sud-ouest du pays, San Pedro et Korhogo au Nord ne seront pas en reste lors de la 34e édition de la CAN à venir. Trois stades avec les mêmes capacités et caractérisques ont été érigés dans ces villes.

Yamoussoukro et Korhogo, de petits joyaux modernes

Yamousoukro a, en effet, été doté d’un petit stade flambant neuf pour l’occasion. Le stade d’une capacité de 20.000 places assises, est doté d’une pelouse, de quatre terrains d’entrainement, d’une salle de conférence, d’une salle de massage, de six zones de sectorisation, cinq infirmeries, deux vestiaires, une salle d’échauffement, deux ascenseurs, 200 places assises pour la presse, une salle de presse, etc. Ce petit joyau moderne multifonctionnel et multidisciplinaire dispose également d’une piste d’athlétisme en revêtement synthétique. Sa construction, selon les autorités ivoiriennes, a mobilisé entre 700 et 800 ouvriers d’octobre 2018 à juin 2022, date de la fin officielle des travaux. L’édifice bâti sur 24,66 hectares a couté 47 milliards de F CFA. La grande ville du Nord du pays, Korhogo vibrera également dans sept mois au rythme du ballon rond. Un stade flambant neuf de 20.000 places assises a été érigé pour l’occasion et porte le nom de l’ancien premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly décédé en juillet 2020. Les travaux de construction lancés en mai 2019 ont permis l’érection d’un stade aux normes FIFA, de quatre terrains d’entrainement, d’une pelouse naturelle, d’une cité CAN de 32 villas et d’un hôtel 3 étoiles de 50 chambres, d’un cout global de 50 milliards de francs CFA.  Quid du stade Laurent Pokou de San Pedro ?

San Pedro, l’hommage à une légende 

Le stade Laurent Pokou de San Pedro, dont les travaux ont débuté en février 2019, est bâti sur une superficie de 22.409 m2, au sud-est de la ville. Tout comme celui de Yamoussoukro, il est doté de 20.000 places assises entièrement couvertes, d’un gazon naturel ainsi qu’un parking de 2.000 places. Il a été baptisé en avril dernier, du nom de l’ancien attaquant des Eléphants et du Stade rennais Laurent Pokou, décédé en novembre 2016. Un bel hommage pour le deuxième meilleur buteur (14 buts) de l’histoire de la CAN  derrière Samuel Eto’O (18 buts).

Télécharger gratuitement le magazine pour lire l’intégralité de l’article

Télécharger “Home Magazine 2 – Spécial Burkina Faso”

HOME_MAGAZINE_SPECIALE_BURKINA_FASO_FINAL_.pdf – Téléchargé 1279 fois – 23,31 Mo

À lire

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez nos prochaines sorties